Extrait du journal de bord : J 94

Je ne comptais pas publier cet article mais j’ai oublié de le mettre en brouillon, du coup je le laisse (avec quelques modifications)

Je ne met pas de réveil mais emmerge vers 8h, je traînasse et me rendors. Farid se lève vers 45, il doit partir après un coup de téléphone. Je range mes affaires, réchauffe du thé d’hier et mange la fin des gâteaux secs. Je me prépare tranquillement et surtout change un peu l’organisation de mon packetage arrière. Notamment la position des crochets des sacoches car ils se défaisaient. Je change ensuite la fixation de la tente pour pas qu’elle force sur les sacoches. Je prend de l’eau, je rempli notamment ma poche de camelbag d’1 litre. J’ai 5-6 litre. Il est 10h15, je pars avec mon nouveau chapeau !
Je m’arrête à une boutique acheter des gâteaux de blé et des coulouchés.  Je reprend la route, je suis sur le périphérique, j’hesite un peu au début mais il y a finalement l’indication sarakhs rapidement. Mais je ne vais pas vite, la circulation et les embranchements sont dangereux. Je sors de la ville et roule sur une petite route. Je me fais une pause, il est 11h passé, il fait déjà super chaud. Je reprend la route. Le vent commence à être bien présent. Et de plus en plus fort. Ça y est il faut que je me batte face à lui. J’ai fais 45km, il est 12h45, je vois une station essence je m’arrête et demande ou il y a un resto. À 12 km. D’ac, j’achète 1l5 d’eau fraîche. Je grignotte des gâteaux car 12 bornes avec le vent c’est long. Je veux repartir mais mes lunettes se casse d’avantage, je les recolles et décolle.
Le vent est puissant la, force 2 je l’appelerais. Je crois avoir fait 12 bornes, je bifurque vers le village à ma gauche, c’est à 5 bornes. Je met un petit bou de temps mais j’arrive vers 14h. C’est luxueux ! Je commande un ghorme sabzi ! C’est bon mais c’est gras. Je commande un thé car je m’endormais moitié ! Il est 15h30, je repars. Je m’inquiète de la note, finalement c’est 10 000, pas chère.
Le vent n’a pas faibli, au contraire même. Mais je me bat et avance doucement ! Je m’arrête que quelques fois pour prendre des photos. Ça grimpe pas mal en plus, je dois faire du 10-12 km/h, pas terrible. Je veux faire une pause à l’ombre mais ne trouve rien. Je croise un élevage de dromadaires ! Génial, je m’arrête prendre des photos ! Je repars, finalement pas de pause. Je dois toujours batailler contre le vent, je n’en peux plus. Il est 18h, j’ai fait 95 bornes, pas mal, mais j’aimerais bien dormir au croissant rouge cette nuit, surtout que je n’ai acheter ni pain, ni oeufs et pas d’huile ou de beurre non plus. Mes gourdes sont vides, il me reste 3 litres quand même. Vers 18h30 je check à combien de kilomètre est le village avec le croissant rouge, presque 8, trop dur ! Il fait presque nuit je décide de m’arreter. À ma droite il y a un terrain à peu près plat protégé par une chaine de montagnettes. Parfait.
Je m’avance et vois un oiseau bleu/vert en vol, je m’arrête et sors l’appareil photo. Je fais mon reporter animalier. Pas facile, il est juste un peu trop loin. Je m’avance il se décale. Je me reavance, c’est un peu mieux mais toujours trop loin. Je me reavance et le fait fuir. C’était un genre de Martin pêcheur.
La nuit tombe, je monte la tente, je galère un peu à cause du vent et sûrement de la fatigue. Je prépare mon lit, sort les affaires pour manger et pour me laver/changer. Puis je me douche « sur mon vélo ». Je me lave les mains et le visage avec la bassine accroché au guidon. Puis, je me met tout nu dans le désert et j’utilise mon camelbag comme douche solaire en le posant sur mon porte baggage et en plaçant le tuyau en dessous de la poche pour me doucher, l’eau est tiède en plus. C’est pas mal du tout ! Et tout ça avec à peine un litre d’eau !
Il fait nuit, je sors ma belle lampe frontale et commence à cuisiner. Je suis caler à l’intérieur de la tente et je me suis fait ma table à l’entrée sur ma petite serviette. Je met de l’eau à chauffer … sur le réchaud à gaz ! Ce soir c’est mélange de céréales, thon, curcuma, poivre et piment ! L’eau bou au bout de 3 minutes ! Rien à voir avec le réchaud à bois ! Je dois maintenant attendre 10 minutes. Pendant ce temps j’observe la vie autour de moi ! Pas rassurant ! Il a des insectes et des araignés de partout ! Elles essayent de rentrer dans ma tente, je fais le douanier impitoyable ! Le repas est prêt en 15 minutes, je goutte, pas mal du tout ! Mais à cause des insectes qui sont déjà rentrer dans la tente, j’ai deux choix : sortir pour manger ou manger dedans, je choisi de manger à l’intérieur ! C’est pas si mal. Je rince ma casserole pour mon thé de demain et … je bois l’eau de la vaisselle (sans savon bien sûr), pas de gaspillage !
Je rédige mon journal avant de me coucher !
Il est 22h, bonne nuit !

Publicités

3 réflexions sur “Extrait du journal de bord : J 94

  1. Brigitte

    Mais dans quel pays erres-tu à J94???
    j’adore le moment de la douche..et le coup de l’eau de vaisselle??? t’es sur que t’as rien bu d’autre???
    je t’embrasse fort,
    mam

    J'aime

  2. Benoit BERTRAND

    Coucou Arthur
    Ta toile de soie se tisse au fil des jours
    Bravo pour ce périple et merci de nous laisser rêver
    Anne et Benoit (les amoureux de la montagne )
    On pense à toi sur la toile !!!!!!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s