Changement de plan au Kyrgyzystan

Après quelques jours de repos j’ai repris la route au Kyrgyzystan. Mon vélo n’étant pas des plus fiable j’ai décidé de prendre la route principale pour rejoindre Bishkek. J’ai bien fait car dès le deuxième jours j’ai de nouveau cassé un rayon puis des rayons. Entre cette roue arrière, le visa chinois qui me tracasse et des mauvaises expériences avec des sales gosses (vols, insultes …), je roulais donc sans grand plaisir. Heureusement chaque jours j’ai eu le droit a de belles rencontres. Notament Jan, un néerlandais de 55 ans avec 300 000km de vélo dans les jambes qui m’a aidé à réparer ma roue. J’ai campé avec lui un soir dans un magnifique canyon. Après la météo s’est un peu joué de moi, j’ai donc accepté l’aide de deux kyrgyzes qui m’ont avancé de 200km avec leur beau camion jaune. Avec eux j’ai gouté le lait de jument légèrement fermenté (le chauffeur n’en a pas bu bien sur). Ok je voulais faire tout à vélo mais par moment c’est impossible (panne mécanique, problème de santé …) et finalement je partage d’autres types de moments avec les locaux de la route et c’est très sympa. À continuer avec parcimonie !
À Bishkek, cette agréable capitale Soviétique très étalé, je loge chez Mirlan un kyrgyz très sympa. Mais ce n’est pas le moment de me prelasser, je dois prendre une décision ! J’ai questionné un grand nombre de touristes sur la question du visa chinois. Malgré mon super passeport français je crois que ce coup là c’est une loterie. Et je ne laisse pas mon « destin » dans les mains du hasard … donc plan B ! Direction l’ambassade de l’Inde. Malgré un premier accueil des plus désagréable, en une petite semaine et 40€ je devrais avoir un visa de 3 mois à double entrées. Si j’arrive à prendre mes billets d’avions je pars pour Delhi puis directement pour Srinagar, la capitale du Cachemire. Non sans raison ! Je roule vers l’est et ne voulais pas voler dans cette direction. J’ai donc choisi une destination qui me déplace uniquement au sud de Bishkek :). Je repartirai de là jusqu’au Népal. Et pourquoi pas faire mon visa chinois à Katmandou ? 😉 Ou à Hanoï ?! Parce que oui je ne vous ai pas dit mais mes plans changes. Pas qu’à cause des soucis politique mais parce que je suis bien sûr mon vélo. Ce mode de transport/voyage est juste fabuleux pour profiter du paysages, ressentir les contrastes de notre monde et rencontrer les locaux. Mon regard se porte donc sur un nouveau continent : l’Océanie :).
En attendant j’ai revu par hasard mon pote Dravis avec qui j’ai roulé en Ouzbékistan sur Bishkek. Et la je voyage en 4*4 avec des potes Suisses (ex-cyclistes avec problèmes de santé) rencontré il y a 2 semaines à Osh. Ça me permet de voir un peu plus de montagnes kyrgyzes mais ça me montre surtout que je ne suis plus fait pour ce mode de transport pour voyager (pour mon plus grand bonheur). Ça m’a quand même permis de recroiser par hasard un couple de français à vélo rencontrer il y a 10 jours et un Coréen avec qui j’avais parlé il y a plus d’un mois au Tadjikistan =]. Toujours de bon moments mais moins de partages avec les locaux …
L’aventure continue et continuera !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s