Enfin un nouvel article :)

Pas facile de se remettre à écrire après une longue pause !
Donc après avoir été bloqué par les visa j’ai donc à contre-coeur pris un (enfaite 2) avion pour rejoindre Srinagar, la capitale du Cachemire (état indien). Ma surprise fut assez grande en arrivant … la ville est en effet totalement bloqué, tous les magasins sont fermés et un couvre feu à été mis en place. Cela résulte de la mort d’un jeune, appartement à un mouvement politique pour un Cachemire indépendant, tué par des militaires. Malgré une invitation par un local dans l’avion à aller chez lui je me suis vu refusé tout déplacement personnel par un policier. Ce policier, corrompu, m’a « obligé » à aller dans un hôtel. Après forte négociation par mon ami cachemirien et un prix correct avec nourriture offerte je suis monté dans le seul taxi apparemment disponible ; direction le centre de la ville. Le lendemain matin, le responsable de l’hôtel m’invite dans son bureau pour me parler de la situation de la ville. L’hyper-centre n’est pas dangereux mais le reste si. Il me dit que que je dois quitter la ville le plus rapidement possible et de nuit. Il veut me faire réserver directement le taxi … pour 70€. C’est hors budget pour moi, je dis que je dois réfléchir. Il me propose aussi des activités pour toute la journée. Je préfère prendre mon sac à dos et partir seul dans la-dite ville infernale. Finalement je croise beaucoup de gens très sympa, j’essaye de faire quelques visites avec les locaux. L’essentiel des magasins sont bien fermé, les rues sont parfois bloqué à la circulation, internet est coupé et une grande partie des téléphones aussi. C’est vraiment le bazard mais je ne me sent pas en danger. La ville est belle, l’atmosphère tendu ne me permet pas non plus de profiter pleinement du cadre. Je suis quand meme resté quelques jours sur un bateau-maison pour découvrir la vie sur un lac mais j’ai quand même quitter la ville de nuit par taxi avec des singapouriennes (pour 10€).
Une fois libre, juste 80km plus loin, j’ai pu reprendre mon petit vélo et faire ce qui m’a pousser à prendre la route ; le besoin de liberté, m’arrêter quand je veux, partir quand je veux, rencontrer les locaux et discuter de tout et de rien. Bon le premier jour je n’ai pas discuter avec grand monde car j’ai eu le droit à un sacré col, route en mauvais état et plutôt raide. Mais au fur et à mesure de mon avancé vers Leh les rencontres se sont faites ! Et continues toujours. Malheureusement les rencontres dans les zones touristiques (comme le Ladakh) sont compliqués car il m’est difficile de savoir si la personne est honnête ou du moins si elle apprécie vraiment ma compagnie. En effet a cause de ma couleur de peau, le velo, ma tenu, mon langage j’ai un gros dollar dessiné sur le front ! Et une grande partie des locaux vit du tourisme et essaye donc de me faire dépenser mon argent. Ce n’est pas le cas de tous mais beaucoup trop à mon goût pour apprécier la vie locale. Donc pendant 15 jours entre Srinagar et Manali j’ai beaucoup roulé, souffert quelques montés, profité des paysages, observé la nature, pesté contre les klaxons des motos et des camions et discuté avec les autres touristes (beaucoup de touristes indiens quand même !).
Après 4-5 jours de repos pour bricoler mon vélo, récupérer des cartes et me renseigner sur la vie sauvage en Inde (ours, tigres, éléphants, …) je repars demain sur les routes, en pleine mousson (un élément qui peut changer assez fortement ma façon de voyager). Bref direction le Népal puis l’Inde de l’est avec en perspective de belles rencontres et de nouvelles aventures !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s