La Thaïlande vue par ses temples

J’avais prévu de rester longtemps au village mais pour différentes raisons j’ai décidé d’entreprendre un long périple pour la frontière avec la Malaisie. Mon visa m’accordait encore 17 jours (moins les 2-3 jours en cas de pépin) et j’avais plus de 1800 km pour traverser toute la Thaïlande. J’ai décidé de tenter l’expérience pour pousser un peu plus mes résistances physiques et voir comment réagissait mon moral sur la durée. De plus ça me fait un bon entrainement pour l’Australie.

Etant donné que je devais rouler environ 130 km et qu’entre 11h et 15h avec plus de 40°C il est difficile de rouler je ne pouvais pas espérer chercher des hôtels très bon marché ou même planter la tente. Vous devez vous douter qu’après 15 mois de voyages malgré mes faibles dépenses mes réserves commencent à être à sec. J’ai donc décidé de débuter mon aventure en demandant le gîte dans les temples bouddhistes. Ca a tellement bien marché que j’ai eu le besoin de vous raconter mes aventures avec les moines.

Vous trouverez donc ci-dessous mon petit périple de 13 jours, uniquement mes expériences au sein des temples. Même si je n’ai pas toujours écrit au jour le jour, il faut bien vous dire que mon état de fatigue a surement altéré mes ressentis et l’image que je donnais en arrivant dans les temples. C’était surement le cas pour les premiers temples (le temps de prendre le rythme) et les derniers (je commençais à être bien fatigué physiquement). Il s’agit donc bien de ressenti et en aucun cas d’une approche totalement objective.

Il s’agit d’un long texte mais si vous voulez comprendre un petit peu l’attitude actuel dans les temples bouddhistes en Thaïlande je vous invite à tout lireJ. En effet chaque temple est unique, d’aucun se ressemble. Il y a des gros temples, des petits, des riches, des pauvres, des ruraux, des citadins, des propres, des sales, … Toutefois aucun ne m’a refusé l’hébergement. Je demandais juste un toit (voir un ventilateur) et de l’eau pour me laver et a boire mais bien souvent j’ai reçu bien plus. Les moines mais aussi des fidèles ont partagé avec moi leur nourriture, leur compagnie, leurs connaissances, leurs rituels, leurs chants et bien plus encore. Une chose est (presque) sur, les moines sont humains, ils ont leurs caractères et leurs spécificités, ils ont des qualités et des défauts, il y en a avec plein de bontés et de compassion, d’autre en ont moins ; mon analyse me fait penser que la plus part reflètent les caractères de leurs fidèles tout autant qu’ils influencent eu aussi les fidèles. Le manège infernal de l’influence de l’homme sur l’homme, lui-même homme … Le temple étant un lieu majeur dans la vie quotidienne des croyants (une bonne majorité des thaïs), les échanges de savoirs et d’idées sont importants ; il en résulte la création d’états d’esprit, de philosophie voir idéaux. Je pense que c’est pour cela que j’ai ressenti des expressions et des sentiments forts (positifs ou négatifs voir d’indifférences) de la part des moines envers moi. Mais qui du  « moi » ? Touriste, cycliste, grand, blanc barbu, aux cheveux longs, français, 25 ans ou encore Arthur Poulain ? Ça c’est une autre question et un autre débat que j’essayerais d’aborder dans un prochain article. Sur ce bonne lecture =)

Temple 1

Petit temple dans une petite bourgade, 4 moines.

Je demande dame puis à un premier moine son accord pour planter la tente dans le jardin. Il est d’accord. Je monte la tente et quelques minutes plus tard quelqu’un vient m’ouvrir une salle de prière ou d’enseignement. Je replis mon matériel et migre.

A peine installé et j’entends un « Bonjour ». Un des moines parlent bien le français mais son anglais est moins rouillé, on parlera donc essentiellement dans la langue de Shakespeare. Je vais discuter toute la soirée avec lui, il a travaillé sur le chantier de l’aéroport à Bagdad, il y a près de 40 ans. Chantier géré par des français et des belges qui lui ont enseigné le français. Il connait beaucoup de chose, même Huai Tum Tum le petit village de 300 habitants il sait à combien de kilomètre il se trouve du temple (145 ; longue journée 😉 ). Les conversations restent basiques. Je vais prendre ma douche pendant qu’ il va chercher son ordinateur pour me montrer l’aéroport de Bagdad, son super vélo, ses voitures et son balcon fait main, je lui montre Angers vue par Google earth. Il est surpris par la couleur de la toiture, je lui parle donc un peu des ardoises. Entre temps je mange mon riz collant et les brochettes de porc qu’il me restait de Huai Tum Tum, je fais aussi le plein d’eau potable. Ils m’ont données pleins de petites bouteilles d’eau minérale mais après avoir posé la question ils m’ont indiqué une réserve issu d’un système de filtration. Le moine-chef m’offre un gros gâteau fruit confits – œufs – autre farce ; ça nourri bien mais l’harmonie des saveurs ne me convient pas trop (j’ai quand même été bien contant de l’avoir le jour suivant).

Le matin le moine francophone partage sa nourriture et me donne du riz collant, 3 œufs durs, des gâteaux, des mama (nouilles rapides) et un chocolat lyophilisé. Il me reparle aussi des ardoises des toits angevins et me questionne sur leur système de fixation !

 

Temple 2

Situé dans un petit village, excentré de la route principale ; 4 moins et 3 jeunes.

Super accueil, on me met direct dans une chambrette avec ventilo et matelas. On m’indique la douche, je m’y précipiteJ. Le moine en chef est assez jeune mais son anglais est très limité. Il m’offre des Maggi et un délicieux carpaccio de crevette, citron vert et autres épices, c’est pimenté mais je me régale. Je refuse le café. Il est rapidement 19h30, il me souhaite bonne nuit, très bien je suis aussi crevé.

Au matin je prends mon temps, j’émerge vers 5h30 et j’observe les moines partir faire dans le village en quête d’offrande. Un dernier s’occupe de nettoyer la cours. Ils rentrent rapidement avec 2 chariots remplis de différents petits plats et des sacs-récipients rempli de riz. Avant de partir ils m’ont bien dit d’attendre pour manger avec eux. Je fais attention à l’heure, je ne veux pas partir sous le soleil brulant mais je ne veux surtout pas raté mon premier repas partagé avec les moines. En attendant je fais le plein d’eau. Tout le monde est rentrés, la table est mise pour 4, les plus âgés s’assoient et récitent une prière avant de manger. J’ai faim et l’heure tourne, je suis un peu jaloux ! Je reste toutefois tranquillement assis à côté à regarder dehors, méditer un peu. Dès qu’ils ont fini ils m’invitent de venir manger. J’y vais, les jeunes me rejoignent avec une autres personne en habit normal qui aidait depuis ce matin (surement un démuni volontaire). C’est délicieux, il y a de tout ! Je prends ce qu’il y a devant moi, cela me convient très bien. Il est bientôt 8h, il faut que je parte. Je remercie les différents moines et juste avant de partir on me donne une vingtaine de petites bananes pour la route ; quelle générosité !

Temple 3

Au abord de quelques maisons mais plus dans la jungle que dans le village ; 2 moines (dont 1 assez jeune).

Au bout de l’allée, j’aperçois du monde et demande à passer la nuit. L’accueil est particulier, ils se demandent ce que je peux bien faire là. J’essaye de leur demander si je peux être hébergé quelque part, je fini par demander si je peux camper. Ils sont d’accord et après m’avoir vu déplier ma tente ils me proposent une pièce dans une petite cabane. J’accepte la cabane en cas de pluie diluvienne. Je prends ma douche, je rigole beaucoup avec une troisième personne (sans l’habit orange). On s’est mal compris lorsque j’ai demandé où était la douche et s’ils avaient de l’eau chaude pour faire des Maggi, il pensait que je demandais une douche chaude. Le moine âgé me donne une poudre pour un repas que j’ajouterais à mes nouilles rapides (plus quelques petites graines et autres ingrédients frit que j’avais de côté pour améliorer le tout). Sa poudre a bien alourdi le tout, c’était plutôt bon et surtout nourrissant. Entre temps ils sont partis faire des « courses », je ne les ai pas revus avant que j’aille me coucher.

Je me lève vers 6h, les muscles engourdis. Le vieux moine me dit de m’asseoir et m’offre un café et un œuf dur. Je refuse le café et accepte l’œuf qui n’était qu’à moitié cuit. Ajouté à de l’eau chaude, du poivre et de la sauce de soja, ça m’a quand même fait mon petit déjeuné. Je discute un petit peu et me laisse prendre en photo. Avant de partir je m’aperçois que les terribles chiens en réussi à faire voler ma trousse de toilette et fait un joli trou dans la fermeture éclair (ma trousse de toilette d’il y a 15 ans L). Je range tout ça, je grignotes quelques cacahuètes, du jaggery et une orange pour compléter mon petit déjeuné et prend la route après avoir remercié les moines.

Temple 4

Dans une petite ville-carrefour, au pied des collines tribales. 4-5 moines et 2 très jeunes.

J’arrive plutôt fatigué après encore une journée à plus de 130 km, je demande si je peux rester dormir au temple. Avec l’air intrigué ont fini par me répondre oui et on me dit d’aller « la » en pointant du doigt. Je me dirige vers ce point, en regardant en arrière si je vais au bon endroit. Je demande à d’autres moines, ils me disent d’aller plus loin. Ils ne sont pas très clairs. Heureusement qu’un des 2 petits m’accompagnent et m’indique une salle-temple excentrée ; merci. C’est tout poussiéreux mais je pose mes affaires et je trouve un balai pour me nettoyer un petit coin. Je vais à la recherche des douches et le même petit comprend ce que je veux avant même avoir demandé. Je prends une bonne douche et retourne installer mon lit. La nuit commence à tomber, je retourne voir les moines demander de l’eau chaude pour des Maggi. Ils me font chauffer de l’eau et parte au temple, juste à côté sans rien dire. Je me « fais » à manger. L’eau est rougeâtre, je regarde dans la bouilloire, je pensais que ça pouvait être des fleurs de roïbos mais il y avait 3-4 morceaux de bois, jamais vu mais ça fait un genre de thé. Les 2 paquets de nouilles et les petits surplus ne me suffisent pas, je complète mon repas avec une boite de sardine et le reste de riz collant qu’on m’a offert la veille. Je pars me coucher, il est assez tôt. Je me fais réveiller par un moine très âgé, il essaye de parler anglais mais je ne comprends pas ce qu’il veut. Il me demande finalement de tirer sur la ficelle du ventilo … je me résous tant bien que mal à l’éteindre.

Le matin, vers 6h, je me dirige au temple voir ce qui se passe. Il y a un 2 moines et ont vieille dame avec qui j’essaye de communiquer mais les autres sont déjà partis en quêtes d’offrandes. J’attends un peu, je visite le temple puis retourne préparer mon vélo. Je reviens pour demander de l’eau. Les moines sont tous parti, une jeune femme venait déposer des offrandes et m’en donne une partie (riz collant sucré et pop corn). Entre temps les moines sont de retour les bras chargé de nourriture. Je dis bonjours au plus âgé mais il n’a pas l’air très enclin à me parler. Je demande toutefois de l’eau et remplis mes bouteilles pendant qu’ils déchargent la nourriture qu’ils viennent de recevoir. J’avoue que je regarde d’un œil cette délicieuse nourriture avec l’envie d’y gouter. Je n’ai jamais reçu d’invitation à manger avec eux, j’ai trouvé ça étrange vis-à-vis des autres moines que j’avais rencontré. Tant pis, je les remercie quand même et prend la route. (Juste au croisement il y avait un grand marché et je me suis acheté un gros sac de bananes frits qui m’ont fait office de petit déjeuné).

 

Temple 5

Temple rural, 3 moines 30-40 ans.

Après être sorti de la grande route et avoir trouvé ma petite route de campagne je tombe sur un temple avant la tombée de la nuit. J’entre par le stade de foot ou des jeunes m’indiquent où sont les moines. Ils ont tous l’air d’être afféré au nettoyage. J’en interromps un et lui demande si je peux passer la nuit. Pas de problème, on m’indique direct une petite chambre. Les chiens grognent beaucoup, ils n’ont pas l’air commodes. Mais c’est l’opposé pour les moines, ils m’indiquent direct la douche, j’y vais direct. A peine sortie de la douche on me demande si j’ai faim ; « oui oui j’ai plutôt faim ». Le moine m’emmène devant le temple où un petit boui-boui fait office de restaurant. Très bien je demande krao (riz) et mou (porc), c’était très bon, assez copieux pour une fois et le prix normal (sans que je demande avant) ; rien à voir avec un resto de ville ou de bord de route. Première fois qu’on ne m’offre pas de nourriture mais je ne demande que de l’eau et j’ai rapidement compris que le village paysan et le temple n’était pas riche. Mais l’accueil était surement un des plus souriants et naturel. En rentrant de mon souper je vois les moines encore en train de nettoyer la cours. Je m’installe dans ma chambre ou un ventilo m’attend, je prends le temps d’écrire mon aventure dans les et m’endors.

Au matin je me réveil plutôt tard à cause des volets bien opaque. Les moines sont en train de serpiller l’intérieur de leur lieu de vie. Je range mes affaires et fait ma petite toilette. Juste après on me prépare un gros bol à offrandes rempli d’une soupe de riz et de porc. On me dit que tout est pour moi, c’est énorme mais j’en mangerais une bonne partie (j’avais faimJ). Je lave ma gamelle pendant qu’ils récitent une prière avant qu’ils entament leur repas et il est temps de reprendre la route. Les moines ne sachant pas parler anglais, moi le thai, a par les 2-3 questions habituel « d’où tu viens », « ou tu vas » … ils ont rapidement compris qu’il serait difficile de plus communiquer alors ils repartaient à leurs occupations.

 

Temple 6

Temple de bord d’autoroute, 4-5 moines.

Après avoir roulé des km sur une autoroute bordé de boutiques, d’ateliers et de grands magasins en tout genre je vois enfin un temple en retrait de la route, parfais ça devrait être ma maison pour la nuit. Un moine et un autre gars me voient arriver vers eux, ils ont l’air étonnés. Je leur demande si je peux passer la nuit ici, comme à chaque fois. Pas de problème, ils m’indiquent un morceau de carrelage au milieu d’un espace grand ouvert recouvert par un toit avec un boudha en son centre, le tout au milieu du parking. Bon ce n’est pas terrible du tout pour passer une bonne nuit, toutefois je m’en contenterai bien. Finalement un moine très souriant avec son anglais très limité me montre une petite cabane en bois au milieu d’un écrin de verdure, à l’arrière de l’ensemble monastique. C’est aussi ouvert mais quel charme et bien protégé des bruits ou autres. J’adore ! Ca ressemble à leur salon, il y a la tv, un ventilateur, des outils pour bricoler, des fauteuils en bambou, une chaise longue … Je décale tout et ça laisse de la place pour mon matelas (uniquement, je vais même avoir les doigts de pieds qui dépassent). Je file ensuite à la douche et faire le plein d’eau potable indiqué par le même moine. La douche fini je demande de l’eau chaude lorsqu’il me demande si j’ai faim. Pas de problème, il me met une bouilloire à chauffer et me donne une douzaine de briquettes de lait de soja et de jus, c’est juste trop mais il insiste. Je les prends donc et en revenant avec mes nouilles et ma gamelle il me redonne 4 paquets de ma-ma. Je retourne manger dans mon petit cocon et le gars du début vient « discuter » avec moi. La discussion est limiter, je mange et lui me laisse tranquille. Je ne tarderais pas à m’endormir.

Réveil classique 6h environ, je range mes affaires. Le même gars revient me voir et me dit d’attendre pour manger. Pas de problème. J’en profite pour faire des étirements qui ne seront surement pas de trop. Malheureusement l’heure tourne et il me dit toujours d’attendre, il doit voir que j’ai faim. Il est bientôt 9h, je ne suis pas pressé de manger à ce point mais le soleil commence déjà à taper. Il me dit finalement de bouger, on arrive devant le temple, les moines sont en pleine récitation de prières devant beaucoup de gens. On attend encore un peu, a l’extérieur mais mon nouvel ami commence à discuter avec tout le monde dans le temple et je ne passe pas inaperçu donc commence à raconter qui je suis. Finalement la cérémonie s’achève et il me dit de rentrer manger. Il y a plein de monde et plein de nourriture. Les 5-6 moines s’en vont mais une majorité des gens restent et prennent rapidement les différentes assiettes de nourriture qu’ils embarquent à droite à gauche, certaines personnes remplissent des sacs. Mon ami prend quelques assiettes et me prépare une super table. Je me sers du riz et me régale. Je mange beaucoup, c’est délicieux et j’avais faim. Décidément les plats de midi ne sont vraiment pas nourrissant. En retournant à mon vélo, le gars m’explique que c’était une cérémonie d’intronisation d’un nouveau moine, je revois aussi au passage un jeune moine en train d’être bénis par un autre (ça m’a bien aidé à comprendre car je n’aurais peut-être pas compris sinon). Je me dépêche, lace mes chaussures et fait les remerciements rapidement car je dois filer si je veux rouler sans être brulé par le soleil.

 

Temple 7

Grand temple de bord d’autoroute, 6-7 moines + beaucoup de monde.

Le jour se fait tard, j’ai beaucoup roulé et pas fait de longue pause à cause de mon départ tardif et quelques problèmes de direction. Je m’arrête finalement dans un gros temple sur le bord de l’autoroute (je suis obligé de la prendre à certain moment). Un moine taille la haie, il parle super bien anglais mais lorsque je lui demande si je peux passer la nuit il me dit de voir avoir le big boudha. Malheureusement j’ai beau frapper à sa porte et regarder  à travers les vitres, il n’y a personne. Le moine et une femme en habit blanc qui parle aussi anglais me disent d’attendre. J’attends mais le soleil commence à tomber et le prochain temple est à plus de 3km. Apparemment personne ne peux m’indiquer un endroit où dormir à par le supérieur. Je récupère de l’eau et au moment où je reprends mon vélo un moine assez âgé et maigre m’interpelle. Il ne parle pas anglais mais je suis aidé par la femme de tout à l’heure. Il me dit de le suivre, on va voir un autre moine qui dormait devant sa télé. Finalement on me dit que je peux rester dormir dans la cuisine. C’est un grand espace couvert mais ouvert sur les côtés. Il n’y a pas de ventilo et le plafond est très haut alors pour la moustiquaire c’est galère. Mais ça fera très bien l’affaire. Je fais la rencontre des colocataires des moines, une dizaine de jeune de la navy thai. Je ne comprends pas bien comment une religion pacifique héberge des hommes d’une armé mais bref ce n’est pas mes affaires. Et au contraire ils vont être super sympa et très accueillant, bien plus que les moines. Entre temps je prends ma douche et prépare mon couchage et la nuit est déjà tombé. Je demande à un gars de la navy si je peux me servir de la cuisine pour faire chauffer de l’eau, qui par chance semble être le supérieur et parlant un peu anglais. En cherchant la bouilloire il voit un autocuiseur rempli de riz et me dit tout simplement de me servir en riz et dans les différents plats qui sont sur la table dans les sachets. Il me sort 3-4 bols et me dit de manger ce que je veux puis repars au nettoyage des douches. Ne serait-ce pas une erreur de laisser un homme affamé dans une cuisine rempli de nourriture ? Sans gêne je me régale de 3 grands bols de riz et 3 différents petits plats en sauce. Je termine mon repas par une mangue, un régal ! Je lave mes affaires, nettoie la table et vais me coucher.

Le matin je suis réveillé par un moine venant prendre son café à 5h et quelques mais par chance j’arrive à me rendormir jusque vers 6h15. Je range mes affaires pendant que les jeunes de la navy nettoient les sanitaires. Les moines rentrent de la collecte de nourriture en scooteur avec chauffeur, chacun les bras charger de nourriture. Aucun ne viendra me parler, ils mangeront en 3 groupes et j’ai l’impression chacun ce qu’ils ont reçu. Pas de partage ? Etrange … Le moine maigre qui m’a retenu avant que je parte a toutefois partagé son repas avec un thai unijambiste qui est venu de l’extérieur. Un moine bien en chaire partageait lui ses gâteaux avec les chiens. Deux autres bols à offrandes ont aussi été donnés au gars de la navy. Ces derniers n’ont pas hésité à me dire directement de rester pour partager le petit-déjeuner avec eux. J’ai accepté mais malheureusement eux ils mangeaient tard : 8h. Ils m’ont proposé de manger avant en voyant que j’étais prêt à partir mais j’ai préféré dire que je souhaitais manger avec eux. J’ai donc attendu et manger un bon repas dont un dessert que je ne connaissais pas que j’avais vu sur le bord de la route toute la journée passée sans osé m’arrêter pour gouter : pas malJ. Je n’ai pas trainé pour partir, 8h30 le soleil tape déjà. Avant d’enfourcher mon vélo un des gars me redonne une boite pleine de riz, œuf et porc pour le midi plus une mangue et les restes de la petite douceur sucrée. Un grand merci au gars de la navy !

 

Temple 8

Temple de bord d’autoroute et en bordure de jungle, entrée plutôt caché ; 4-5 moines et 4-5 femmes en tenues blanches.

Encore sur l’autoroute, ce n’est pas ce que je veux mais je n’ai plus le choix. Je roule donc tard, je traverse une grosse agglomération et enfin à la lisière de la campagne je m’arrête demander s’il y a un temple dans les environs. On m’indique de faire demi-tour, juste à une vingtaine de mètre, je dois juste passer sous l’autoroute. J’hésite, j’ai peur d’avoir mal compris, je n’ai pas vu de temple. J’y vais, une grande entrée terne et peu décoré (d’où le fait de ne pas l’avoir vu) m’entraine dans un temple au milieu des arbres. Je vois des personnes installé autour d’une table, je vais demander. Une dame habillé en blanc est intriguée mais reste très courtoise. Un homme me tape la discute (en s’aidant un peu du téléphone portable) et me dit d’attendre. La première femme revient avec au bras une autre dame en blanc d’un âge avancé. Elles me dirigent toutes les deux dans une salle avec ventilateurs et lumières, en voyant les machines à coudre je suppose que la salle sert d’atelier. Elles m’indiquent les douches puis me demande si j’ai faim, je réponds que oui et que j’ai des mama, elle me dit qu’elle s’occupe de me préparer quelque chose, merci beaucoup. Avant de me laisser elle me demande mon passeport, étrange mais je peux comprendre, je lui tends sans problème. Elle tend aussi les mains mais 15 centimètres plus bas, je baisse mon passeport mais elle rabaisse aussitôt ses mains, haha joli farce !? Mais non ce n’ai pas une farce, me voyant étonné elle me dit de poser le passeport par terre. Elle m’apprendra par la suite qu’elle n’a pas le droit de recevoir directement quelque chose de la part d’un homme. Elle a prononcé des veux et voue sa vie au temple, on peut dire que c’est une moine. Je me douche et fait une bonne lessive, la nuit est déjà là. Sur le chemin de la cuisine je croise la femme qui venait me chercher. Il est tard pour elles. Une plus jeune est là aussi, elle porte l’habit blanc. Elles parlent un peu anglais, on discute pas mal, c’est très sympa. Elles me demandent si je voudrais porter l’habit orange et devenir moine, je réponds que j’aime trop bouger à droite à gauche … Entre temps je mange la soupe de mama accompagné de boulette et de poulet que l’on m’a préparé, c’est super bon. La « soirée » ne dure pas trop non plus, une foi a soupe fini elles me disent qu’elles vont se coucher. Elles me proposent aussi de prendre le petit déjeuné avec elles, à 9h. J’accepte quand même, ça me permettra de me reposer un peu et je suis en bonne compagnie. J’y vais aussi, j’en profite pour écrire un peu mes aventures dans les temples précédents.

Le matin je prends un peu plus mon temps, je prépare mon vélo. Je dis bonjours aux femmes, elles sont assez nombreuses ce matin, je vais ensuite me caller sur une table étudier mes cartes pour les prochains jours parce que je ne sais plus vraiment ou je vais maintenantJ. La femme du début vient me voir me propose un café (que je refuse) et me donne des oranges et des bananes (ça j’accepte). Un monsieur de passage me donne un lait chocolaté. Vient ensuite le moment du repas. Je vois enfin les moines, plein de gens s’activait depuis 15 minutes à préparer la table. Je suis les femmes, elles s’assoient autour d’une estrade. Les moines, 6, commence à se servir au « self » pour remplir leurs bols a offrande. Le plus âgé avant d’aller s’asseoir est venu me voir, dire bonjours et me donner une banane et un sandwich (qui s’avérera super bon). Les femmes en blancs et les autres personnes attendent patiemment, tous les moines se servent et vont se disposer en ligne. Aligné de gauche à droite du plus « âgé » au plus « jeune ». Je me doute de l’ordre car à gauche le récipient a offrande qui fait face au moine est le plus gros et ils seront de plus en plus petit jusqu’à celui le plus à droite. Le plus âgé dit quelque chose, surement une prière puis les autres entame un chant. Tout le monde écoute plus ou moins sagement, certains discutes, raconte des blagues, rigole, un enfant s’agite aussi. Le chant terminé les moines se mettent à manger. Les autres personnes se lèvent et comment à aller se servir, dans un ordre précis. Je me lève tranquillement, j’attends un signe de tète de quelqu’un, je passe après les femmes en blancs et après les personnes extérieur au temple d’un certain âge. Mon tour vient, j’ai regardé comment ils faisaient. Je fais donc comme eux, je rempli le grand saladier qu’on m’a donné. Il y a de tout, du riz (en vrac ou en sachet), des plat en sauce (en sachet), des brochettes, des en-cas dans des feuilles de bananier, des sucreries locales, d’autres industrielles, des jus de fruits, des fruits frais … Je prends pas mal de chose, mais rien d’industriel, 2 sachets de riz, un plat en sauce, une omelette, une brochette de porc, une sucrerie locale et un fruit. Sachant que j’ai déjà une banane et un sandwich mon saladier est bien lourd. Certaines personnes mangent assis autour des moines, la femme du début me dit d’aller manger près de la cuisine, là où je m’étais installé. Je prends une assiette et mange presque tout ce que j’avais, je garde toutefois la banane le sandwich et la sucrerie locale (qui s’avèrera être une délicieuse pâte d’ananas). Il est assez tard, le soleil brule déjà, je le dit à mes hôtes, d’où m’on empressement, je ne veux pas être impoli. La femme voit que j’ai tout mangé et me dit si j’ai quelque chose pour la route, je dis non (le sandwich est vraiment petit pour faire un vrai repas), je trouverais bien un resto. Du coup elle me dit d’attendre et me ramène un sachet riz et un de poisson (plat cuisiné appelé hammock). Lorsqu’elle me pose le sac j’oubli presque je dois attendre qu’elle l’ait posé sur la table car on ne doit pas entrer en contact direct. Elle me demande aussi de prendre quelques photos avec elle et un moine qui était venu me voir. Je me prêt au jeu. Je les remercie chaudement et m’envole.

Temple 9

Temple dans un petit hameau près d’un axe principal ; 6 moines + 2 apprenties.

Les kilomètres s’enchainent, je suis de plus en plus dans le sud de la Thaïlande, coincé entre la mer et le Myanmar. Etant donné que je me rapproche de l’équateur les jours se font de plus en plus courts. Je me suis aussi perdu en cherchant les petites routes et en fin de journée j’ai rencontré un cycliste canadien avec qui j’ai bien discuté. J’ai donc continué de rouler jusqu’à la nuit, je pensais éviter l’orage mais il m’a rattrapé et j’ai dû m’arrêté 2/3 fois sous des             abris. Finalement on m’indique un temple a 3 km, j’y vais, j’arrive trempé et fatigué. Je tombe sur 2 moines, ils acceptent que je dorme au temple. Apres les dernières gouttes ils m’emmènent a leur lieu de vie, un magnifique ensemble de 3-4 maisonnette en bambous. Ils me proposent plusieurs endroits pour dormir, je choisi le balcon d’une des maisonnettes. Mon vélo a peine posé contre un poteau qu’un moine m’offre des bananes séchés et des gâteaux de riz-noix de coco. Je m’assoie pour les déguster mais c’est la pire heure pour les moustiques, je décide donc d’aller a la douche. Je reviens, ils m’offrent d’autres gâteaux, nouilles et bananes. Je m’installe, ils m’aident pour fixer la moustiquaire qu’ils veulent m’offrir ! Mon lit est prêt, je m’assois sur mon balconnet. 2 des moines et les 2 apprenties s’installent avec moi, on commence a discuté, les questions basique. Ils me proposent de faire chauffer de l’eau pour les mama. Un moine arrive ensuite avec une boite de sardine à la tomate et un fond de riz. Ca va me faire beaucoup tout ça, j’adore ! Ils me proposent aussi un thé, ça fait longtemps, j’accepte volontiers. Je mange tranquillement, ils parlent un peu anglais, la communication se fait autour de mon voyage et des quelques lieux qu’ils connaissent de Thaïlande. Le moine du début, avec qui je discute un peu plus m’offre un bracelet, une corde sur laquelle il a fait un nœud. Avant de me l’attacher au bras il frotta mon poignet 3 fois avec le nœud en récitant une prière. Je fini mon repas que les moines s’en vont, ils partent réciter des chants. Je reste en compagnie des 2 apprentis, un enfant qui regarde des vidéos sur son portable et un jeune de 20-22 ans. Je vais bien discuter avec lui, il me racontera qu’il passe 3 semaines au temple parce que c’est les vacances pour lui et qu’il étudie l’insémination artificielle. Du coup on discutera une bonne partie de la soirée d’agriculture grâce a des dessins et a son téléphone (son anglais étant très limité). Il est presque 22h, les moines rentrent et la soirée se termine peu de temps après, tout le monde va se coucher.

Le matin je me lève avec plein d’énergie, il est tôt mais je suis en forme. Je range mes affaires et grignotes quelques trucs. Les moines me proposent de manger avec eux mais cette fois-ci je refuse, je préfère rouler à la fraiche. Ils me répètent d’emporter la super moustiquaire, que j’accepte avec plaisir, puis me donne d’autres bananes et un lait de soja. Le moine m’offre aussi une grande écharpe au couleur de la Thaïlande. Je les remercie grandement, c’était un des temples ou les moines ont été le plus accueillant et chaleureux. On me redonne des gâteaux de riz et je pars. Je m’arrête dire au revoir au 2 derniers moines et 1 des deux m’offre du riz collant avec des morceaux de porcs séché, bon ben j’ai de quoi manger pour le midi encore.

Temple 10

Temple proche d’un petit village, au milieu des plantations de palmier à huile et hévéa. 4-5 moines.

J’arrive au temple, bien fatigué et assez tard vu que je me suis un peu perdu en fin de matinée et que la fatigue s’accumule. Je vois un gros 4*4 et un gars avec des lunettes noir et un moine qui sont assis à discuter et qui me regarde bizarrement, je me dirige vers eux mais une petite fille toute souriante me dit de venir, les autres ne m’adressant pas la parole je vais vers elle. Elle me montre un prêtre qui parle bien anglais. Je demande pour rester pour la nuit il me dit de demander moine chef, celui que j’avais vu en premier. Je dis bonjours poliment et pose ma question. Il acquiesce mais ne m’adresse pas la parole. Le moine qui parle anglais m’emmène a la salle de réception, ouverte mais avec ventilo, c’est très bien. Il m’indique la douche et repart. Je vais donc ma laver et en sortant un jeune attendant près de mon vélo. Il parle un peu l’anglais, il est tatoueur a Phuket, il commence tout juste à apprendre les chants pour venir au temple plusieurs jours le mois prochain. Il me dit que si j’ai besoin de quelque chose j’ai juste lui demander. J’ai reçu un plat de pate le midi alors que j’avais déjà à manger j’ai donc ça pour ce soir. Je le remercie, je mets ma super nouvelle moustiquaire et prépare mon lit puis vais vers les moines pour discuter. Ils ne sont pas très bavards, seul le jeune de Phuket me parle un peu. Il me donne de l’eau fraiche. Un gamin en habit orange tripote un bambou rempli de riz collant, il a faim mais étant le soir il n’a pas le droit de manger, il tente quand même sa chance en demandant à un plus vieux qui lui répond « non » bien sûr. Les moines son sur leur téléphone, la conversation avec le tatoueur n’ai pas des plus enrichissante. Je suis fatigué et j’ai faim, je leur dit bonne nuit et retourne dans mon coin. Il n’est pas très tard mais je mange les délicieux spaghettis aux champignons et me couche.

Au matin le soleil me réveil difficilement, je n’ai pas très bien dormi, les poissons chats faisaient un boucan d’enfers et quelqu’un m’a mis sa frontale sur le visage au milieu de la nuit. Je range mes affaires et m’assoie tranquillement à regarder le temple ce mouvoir. Je vois notamment certains moines rentrer de leur quête en gros 4*4, ça m’étonne chassant que certain rentre à pied (et pieds nus). Je décide d’aller demander de l’eau au moine chef, il acquiesce mais ne m’adresse pas la parole et ose à peine me regarder. En retournant à mon vélo un moine que je n’avais pas vu la veille vient me voir. Il avait appris un peu de français il y a longtemps et son anglais est aussi rouillé. Il me demande si je connais Alexandre, Alexandre Le Grand, Dumas ? Finalement c’était un autre cycliste français qui s’était arrêté au même endroit il y a 3 ans, donc non je ne le connaissais pas. La conversation tourne autour du vélo d’Alexandre et de sa dynamo, j’essaye de parler même je me fiche un peu des chargeur hyper cher sachant que je n’utilise pas vraiment d’appareil électronique mais il n’a pas vraiment l’air de comprendre ce que je lui raconte. Le soleil monte je décide donc d’écourter la conversation, remercier les moines dont celui en chef qui ne me regarde toujours pas et celui qui parlait anglais qui est toujours sur son téléphone. Je pars avec un peu de déception suite à ses moines qui ont l’air d’avoir perdu l’enseignement du Bouddha … Je pars aussi la faim au ventre, heureusement que j’avais bien mangé la veille et qu’il me reste des bananes et d’autres friandises des temples précédents

 

Temple 11

J’ai eu du mal à trouver un temple, j’étais sur la route secondaire et la nuit se faisait tard donc j’ai demandé à des personnes ou trouver un Wat. J’ai suivi la direction indiqué mais elle m’a conduit vers une grande ville puis sur l’autoroute que je fuyais, et puis toujours pas de Wat à l’horizon. Finalement j’en trouve un en bordure d’autoroute, un grand avec beaucoup de monde. La nuit étant presque là j’ai du mal à trouver les moines mais finalement je tombe sur un qui m’indique le grand chef. Il accepte et dit à l’autre moine où m’installer. Mais comme hier il n’ose à peine me regarder et ne m’adresse pas la parole. Un jeune en habit orange passe par la et lui parle très bien anglais. Ils m’installent dans une petite pièce crade mais avec un ventilo. Le jeune est ingénieur dans l’aéronautique à Bangkok. Il me demande si j’ai faim, je réponds que « oui », il me dit qu’il y a un 7Eleven pas loin. C’est la supérette la plus chère de Thaïlande ou il n’y a rien de bien, je lui dis que j’ai ce qu’il faut mais s’il a de l’eau chaude ce serrait top. Il m’apporte une bouilloire et des petites bouteilles. Je me douche puis prépare mes Mama sur la terrasse mais ne verrais plus personne de la soirée.  Je vais me coucher.

Au matin je me lève un peu tard (6h20 je crois) car l’absence de fenêtre a empêché la lumière de me réveiller. Je range mes affaires et mange banane, cacahuètes et jaguerry accompagné d’un lait de soja, c’est maigre mais je n’ai que ça. Le jeune vient me voir me demander si j’ai bien dormi mais repart aussitôt. J’ai fait le plein d’eau avec les bouteilles présentes dans la chambre, je remercie le moine chef qui loge juste devant moi et part avec encore un peu plus de déception que la veille et avec la faim encore plus présente. Peut-être que j’attends que les moines me donnent des choses à manger car j’en étais presque habitué et que la fatigue et la faim me donne ce sentiment négatif. Je pense pourtant que juste un sourire et quelque mot d’encouragement (j’en entendais régulièrement 2-3 qui revenaient dans les autres temples) aurait pu me satisfaire. Heureusement juste en sortant du temple je vois un stand de nourriture, je m’avance pour voir si ce sont des bananes frites, non c’est du poulet, je n’ai pas envie de poulet … mais finalement les gens me voit et m’interpellent, j’ai à peine le temps de leur demander s’ils n’ont que du poulet fruit qu’ils me disent d’approcher et me prépare un sac rapidement  en me disant « free, free » (gratuit). Il m’offre un plat de riz jaune avec une grosse cuisse de poulet, concombres, sauce piquante et soupe ; le repas complet ! Je discute un peu avec le patron qui est venu me voir car je chevauchais toujours mon vélo (la béquille n’étant plus la parfois c’est difficile de poser mon vélo). On discute, c’est un musulman très jovial. Il me donne le plein d’énergie psychique et chimique !

 

Temple 12

Temple en bord d’autoroute, à un carrefour habité, 2 moines.

Le riz/poulet de la pause de 10h m’a donné plein d’énergie, j’ai donc pu rouler au moins 160km. Je me suis même arrêté tôt pour une fois. Deux moines travaillaient et il y avait d’autre monde assis dans des cabanes en bois. Je demande si je peux rester, on me dit oui, que je peux rester dormir sur un des petits abris. Ce n’est pas le top mais ça le ferra très bien. Je demande pour la douche, le moine demande à quelqu’un de m’y emmener. C’est un vieille homme pauvre et surement avec des problèmes de santés que le temple aide. Ce sera mon pote du temple, sans trop me parler il m’observera avec un étrange mais amical regard. Je me douche et retourne à mon vélo. Le moine m’indique un autre endroit où dormir, toujours une cabane mais plus grande et un peu plus en retrait de la route, c’est mieux ! Je nettoie l’endroit et prépare mon lit. Je m’assoie tranquillement, attend et repose mes jambes. Le temps passe et je décide d’aller demander au moine ou je peux aller manger, je n’ai plus grand-chose dans mes sacoches et j’ai faim. Il m’indique un petit restau. J’y vais, ça a l’air d’être fermé mais je demande ou je peux manger du riz et la dame me propose l’unique plat qu’elle a. C’était son jour de repos, on est dimanche. Elle me sert une petite quantité et me demande 40 bath, je dis que c’est petit pour le prix, je paye quand même. Je mange, c’est pas mal mais ça ne me suffit  pas. Elle me demande si je suis rassasié, je lui dis pas vraiment. Elle me ressert une bonne quantité ! Merci beaucoup, maintenant ça va mieux :D. Je rentre au temple. Il y a mon pote qui vient me voir, je veux tailler un bout de bois mais la fatigue prend le dessus et je range mes affaires avant d’aller me coucher.

Au matin je me lève tranquillement, range mes affaires et fait ma toilette. Je demande ensuite de l’eau au moine et la surprise il me montre le robinet. Je lui répète de « l’eau potable » et il me dit non. Je suis étrangement surpris, j’insiste un peu il me dit non. S’il n’a pas à m’en offrir c’est qu’il doit vraiment être « pauvre ». Je décide quand même de prendre de l’eau du robinet car je constate qu’elle vient du puit et qu’elle est froide (une eau froide indique qu’il y a moins de risque). Je mets toutefois des pastilles qu’il me reste. Je sors un des derniers laits de soja que j’avais et mange une pomme, quelques cacahuètes et autres sucres qu’il me reste. A ce moment le moine m’offre dans petits gâteaux, c’est très gentil et ça me permet de compléter mon petit déjeuné.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s