Mauvaises expériences touristiques

Comme certain le savent je suis actuellement en Malaisie à quelques encablures de Singapour. J’avance assez vite, je vous l’accorde, peut-être un peu trop d’ailleurs. Mais pour écrire je suis beaucoup plus lent, j’ai besoin de réflexions car je ne veux être sûr d’être le plus objectif. Du coup je rédigerais un article sur la Malaisie plus tard.

Aujourd’hui je veux vous parler de mon voyage au Cambodge et au Laos. Pour vous situer, ces deux petits pays sont enfermés entre la Thaïlande à l’ouest et le Vietnam à l’est. La chine ferme le nord du Laos et l’océan borde le sud du Cambodge. Leurs points communs sont : une colonisation par les français, pays très pauvres avec une économie basé sur l’agriculture et le tourisme, où des grandes entreprises chinoises, sud-coréennes ou autres s’implantent, pays où la corruption fait rage et où l’alcool coule à flot. Leurs différences : le Laos est un pays ouvert au tourisme depuis assez longtemps, c’est un pays de montagne où différentes tribus sont installées et le Cambodge est un pays ou l’histoire récente des Khmers Rouges n’a permis une ouverture internationale que récemment et le pays dispose en son centre un immense lac de mousson qui peut quintupler de volume et où vivent une grande communauté de vietnamiens ayant fui leur pays.

Un pays pauvre ne veut pas forcément dire un pays avec une économie locale catastrophique. Mais dans ces deux pays j’ai constaté un gros problème monétaire. En effet il n’y a presque aucune production d’objets ou d’aliments transformés. L’essentiel des produits transformés sont importé de principalement de Thaïlande mais aussi de Chine et du Vietnam. De plus les entreprises étrangères ont mis le grappin sur les attractions touristiques principales, sur la construction des  nouvelles infrastructures et sur certaines ressources. L’agriculture très peu modernisée (un atout pour l’environnement ? ça c’est un autre débat !) et la pêche sont très sensibles aux conditions climatiques, les récoltes sont donc très instables. Et pour finir la corruption se charge du reste.

Je vous donne des exemples : Au Cambodge une entreprise est en charge du port à Siam Reap pour faire visiter le village flottant le plus proche. Un contrat avec le gouvernement leur a laissé tous les droits, ils font la loi, fixe un tarif exorbitant pour un petit tour de bateau qui amène les touristes sur une immense barge coréenne pour le couché de soleil. Il n’y a aucune possibilité d’aller visiter le village par un autre moyen, la concurrence n’existe pas. Au Laos, de belles cascades au milieu d’une île du Mékong, un allemand l’a acheté et a installé son office de ticket à l’entrée du seul pont qui relie l’île à sa voisine, et y a fixé un prix fort. Il y a aussi les barrages chinois et les plantations issus de la déforestation orchestré par de riche chinois en contournant les lois (Ils payent des prête-noms locaux et ont tout un stratagème pour brûler la forêt et replanter quelque chose de profitable).

Du coup il reste quoi pour les locaux qui souhaitent monter un petit business ? Ouvrir un restaurant ou un petit hôtel pour les touristes car il y a bel et bien un marché. Mais le tourisme est très instable et vu que tout le monde a voulu ouvrir son business en quelques années la demande à rapidement dépasser l’offre (trop d’hôtel et de restaurants et peu de touristes). Pourtant il y a des scolarisations à payer et une famille à nourrir et peut être des micro-crédits à rembourser. Peu de client mais toujours des touristes en vue, des touristes riches, avec les portables derniers cris, le gros sac à dos débordant de fringues et d’équipements techniques et le dernier objet à la mode : le drone ! Alors des envies doivent aussi se faire sentir.  Vous imaginez la suite ? Il faut alors batailler ! Il faut être alerte, dire bonjour, sourire, inviter les touristes à s’asseoir, faire des petites blagues, parler 2-3 mots de français, allemand, chinois, russe ou autre … se démarquer en un mot. Ça c’est la technique qui plait au touriste, c’est flatteur, sympathique et semble authentique. Mais ça ne s’arrête malheureusement pas là. Les restaurants « pour touristes » vendent des quantités moindres (parfois le riz collant est vendu le prix « habituel » mais la quantité est 4 à 5 fois moindre), les vendeurs de rues changent les prix (au Cambodge ils arrondissent tout à 1$, depuis l’arrivée de l’ONU le dollar américain est monnaie courante), les hôtels vendent de l’eau au prix fort, beaucoup mentent …  et encore je ne vous parle pas des compagnies de bus et des taxis qui sont les rois de l’arnaque. Il y a aussi tous les problèmes entres locaux, le business qui tourne bien peut être fermé par la police a coup de bakchich par exemple. Bref la liste est longue …

Certains locaux me font comprendre que je suis riche, je vis dans un pays ou le salaire minimum est d’environ 1000€ par mois alors que le leur est de 50-75€. Alors oui des fois j’accepte de payer 15/20% du prix en plus, pour certaines raisons je suis privilégié, j’en ai conscience alors j’accepte. Mais je continu de ne pas comprendre l’intérêt d’une telle affaire. Si les prix sont trop forts pour les locaux, par exemple dans un restaurant, alors il n’y aura pas de locaux et donc peut  de client. Si les prix sont normal il y aura des locaux, donc beaucoup de clients, donc un business honnête et en accord avec le développement économique du pays. Les gens ont l’air de chercher le groupe de touristes qui avec 2 nuits ou 2 repas vont suffire pour une semaine, profiter sans vraiment travailler.

Les locaux essayent donc de gagner beaucoup avec peu de clients, ils font des tentatives à des prix exorbitants. Certaines fois le touriste, parce qu’il ne sait pas, paye 5 fois le prix sans le remarquer, mais le local lui remarque que le touriste n’a pas remarquer et ça l’incite à recommencer. Le prix est trop fort le touriste négocie, ils négocient dur, il a l’argent, il a le pouvoir, il le sait, il peut simplement s’en aller. Les locaux augmentent donc les prix. Le touriste négocie de plus belle. C’est le cercle vicieux de la négociation. Je peux comprendre le jeu de la négociation pour les biens matériels, vêtements ou artisanat, voir pour les hôtels mais je ne pensais pas devoir être obligé de négocier la nourriture car à certains endroits aucun restaurant ne donne une quantité suffisante pour un cycliste ou un travailleur affamé.

Et la police, le gouvernement, ils  contrôlent tout ça, essayent aussi de se faire un maximum d’argent au passage sans freiner l’arrivée des touristes sur le territoire. Le gouvernement, lui, prend l’argent des visas et convoitent l’argent des hautes sphères, notamment les compagnies étrangères mais aussi certains fond d’aide au développement ou à la protection du patrimoine. Il y a aussi les lois sur la sécurité et la protection des touristes qui interdit au personne possédant un visa touriste de camper, de dormir chez l’habitant ou dans les temples. Apparemment ça peut être dangereux et un accident de touriste peut être catastrophique pour l’économie … c’est plutôt que ça assure que le touriste continu de dépenser. Et pour cela la police à l’air d’être sévère envers les locaux. Plus directement la police est source de beaucoup d’arnaques, aucun local ne porte de casque sur une moto mais c’est l’amande assuré pour le touriste. L’absence de permis, mais c’est surement le cas pour les locaux aussi cette fois-ci est réglé à coup de bakchichs. Le passage à la frontière est presque à chaque fois soumis à un excédent de 1 à 5$ (il y a toujours moyen de ne pas payer !).

Du coup l’ensemble de la population vie dans un environnement économique mais aussi sociale compliqué. Il est difficile de vivre pour certains, la fin de la saison sèche, surement la plus dure de l’année, m’a montré des personnes maigres, sous-alimentées. Pour d’autres un peu plus riche, vu que l’argent ou le travail peut partir aussi vite qu’il est arrivé ils le dépensent dans l’alcool ou la drogue. Cette consommation est devenu un indicateur de richesse, il faut boire jusqu’à être totalement ivre et faire la fête tous les jours pour montrer qu’on est dans la réussite. Là-bas l’alcool est très chère, moins chère qu’en France d’accord mais pour les locaux, notamment la bière, c’est hors de prix. Pourtant le touriste lui en bois beaucoup, c’est peut-être pour ça que c’est devenu un signe ostentatoire de richesse. Peut-être aussi pour certains c’est un moyen d’oublier une vie et un passé douloureux …

Quoi qu’il en soit, ces pays sont petits et l’ensemble de la population est au courant que le touriste consomment de la bière presque tous les jours, payent les prix forts sans problèmes, utilisent des drones dernier cris et tout ça « sans travailler ». Du coup l’ensemble de la population commence à avoir un seul et unique avis sur le touriste blanc (facilement différentiable) : le touriste est riche, très riche. Et ça tout le monde à l’aire de l’admettre. Et cela m’a fait ressentir de la part d’un grand nombre de locaux qu’ils se partagent entre 2 sentiments, soit ils envient le touriste soit ils le haïssent.

Et moi, et bien je suis blanc et français … alors j’ai beau avoir des t-shirt délavés, des chaussettes usées et voyagé avec un simple vélo, les locaux me voient comme les autres : riche, alors ils m’envient ou me haïssent. Et j’ai ressenti beaucoup de ces regards réprobateurs et haineux, j’ai eu honte parfois, je passais dans les villages mais pédalais plus vite pour éviter leurs regards. Parfois je me sentais encore plus coupable d’être à vélo, à « souffrir » une montée pour mon plaisir alors qu’eux souffrent pour survivre.

Cela parce que je suis blanc français ? Même si j’ai eu beaucoup de peine à certains moments je sais aussi qui je suis (enfin je sais plus ou moins qui je veux être :)) et ce n’est pas le regard de l’autre qui doit me tromper, d’autant plus si le sien est troublé. Je me suis quand même beaucoup remis en question et ça me laisse dubitatif sur notre condition de citoyen français et comment l’économie actuelle fonctionne. On l’utilise pour convoiter les ressources (limitées) de notre planète pour développer notre pays, notre bien-être et notre savoir. Mais ne l’utilise-t-on pas aussi pour contrôler voir manipuler certaines idées afin de conserver une supériorité sur les autres ? …

« L’homme se base sur ce qu’il voit, sur ce qu’il perçoit. Et parfois l’image que l’on montre de soi est différente de l’image que l’on porte sur soi. » (Vous vous souvenez ?) Et parfois l’image que l’on a de l’autre est éloignée de ce qu’il est vraiment. Des stéréotypes et des préjugés, quel qu’ils soient, s’ils sont encrés en nous ils peuvent nous tromper et blesser l’autre sans pour autant le vouloir. Stéréotypes, préjugés, images, couleurs, idées (religions ?) … il faut faire attention à tout cela car il est facile d’avoir une vision troublé. Et une vision troublée conduit inévitablement jusqu’à l’accident …

J’ai essayé de vous expliquer pourquoi je n’ai pas trop aimé voyager au Cambodge et au Laos. Bien sûr j’ai aussi rencontré des personnes superbes et en rien je ne veux juger et les touristes et les locaux.

PS : Promis je mets des photos dans le prochain article 🙂

Publicités

2 réflexions sur “Mauvaises expériences touristiques

  1. Mali

    Article très intéressant. C’est vrai que lorsque on voyage peu importe ce que l’on porte c’est écrit sur notre front et dans nos paroles que nous sommes français même si l’on parle la langue locale. Au Chili on ne ressent pas de regard haineux (pour le moment) mais plus une espèce de compétition ou un désir de certaines personnes d’établir une hiérarchie entre les européens et les chiliens, en nous plaçant au-dessus d’eux, ce qui met très mal à l’aise et qui incite ces personnes parfois à nous prouver des choses alors que nous sommes de simple citoyen du monde comme eux. (Toute proportion gardée, le Chili est, je l’imagine un pays plus proche de notre société culturellement et économiquement que le Laos et le Cambodge.) Merci pour cet article qui fait bien réfléchir 🙂

    J'aime

  2. Manon

    ce sujet à la fois me désole et me passionne… J’espère que ça changera dans le bon sens meme si je reste pessimiste sur ce fait. Article éclairant même si pour le plus gros je rejoignais déjà ton avis

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s